R1 – J1 à Saint Servan

Pour cette première journée, nous avions rendez-vous à St Servan pour affronter St-Jacques et Ploemeur. ... lire la suite

Documents et modalités pour la saison 2017-2018

Les documents et modalités d’inscription pour la saison 2017-2018 sont disponibles en page inscription. A noter l’apparition du questionnaire médical pour les renouvellements de licence. Pour rappel, les créneaux du mois d’août les mardis et jeudis ... lire la suite

 

D1 J3 – récit épique d’un match nul

Ce lundi 7 décembre, en grands amateurs de pizza en liffraison, nous avions décidé de nous faire Liffré à domicile. Le ton est donné et un peu à l’image de ce calembour, cette rencontre de la D1 s’est également soldée par un match nul. En voici néanmoins le récit tite-livien car, ne l’oublions pas, il s’agissait avant l’heure d’assurer quelques points face à une équipe redoutable.

A 20h00 pile, le sol trembla une première fois. Cette secousse ressentie jusqu’à la pointe du phare de Brest, c’était Violaine qui venait de terrasser en deux sets son adversaire noire et jaune (il s’agit de la couleur du maillot et non de sa couleur de peau car même une métisse n’aurait pas cette bi-coloration digne des Carambars les plus fous). Quelques minutes plus tard, un nouveau choc assomma tout Villejean, mesuré dira-t-on à 8 sur l’échelle de Richter. Carole et Manon venaient d’arracher en trois sets une victoire méritée contre deux adversaires plutôt coriaces. Dans la foulée Thomas, qui « ne touchait plus terre » comme on le lira plus tard dans la presse, n’a fait qu’une formalité de son simple, même s’il a fait en sorte de suer pour assurer le spectacle. Engaillardis par ce troupeau de buffles victorieux (visualisez l’image), Olivier et Manon donnèrent tout ce qu’ils pouvaient en simple, et on connaît leur niveau de jeu exceptionnel, preuve que leurs adversaires méritent une mention spéciale pour les avoir battus malgré toute cette maîtrise et cette aisance technique. Le premier mixte se profila ensuite, mais Faustine et Benoit, habitués, comme on le sait, à jouer à un niveau nettement supérieur à la paire de R5 qui se présenta à eux, ne réussirent à s’adapter au manque de rythme de la rencontre. Mais ce dernier se rattrapa en double homme avec Olivier et, ensemble, ils enseignèrent peut-être la plus belle leçon de vie que la Terre ait connue à ce jour. Enfin, et alors même que la tension faisait trembler les tours des Horizons, Violaine et Thomas engagèrent le dernier combat, devant une salle comble et soutenus par la France entière (voir plus), alors que nous menions 4-3. Un match épique, à la limite du légendaire, que dis-je : Ulysséen, qui se solda par un score incompréhensible, nous venions de vivre un moment incroyable, inoubliable, si rare et pourtant si terrible : Thomas avait perdu un match de mixte. « Ce n’était plus arrivé depuis la Cochinchine » diront certains. Toujours est-il que cette rencontre inénarrable et pourtant sus-narrée se solda par un match nul et que nous pûmes ripailler, avant de nous quitter, avec ces braves liffréens qui avaient chèrement vendu leurs peaux de bêtes. Le mot de la fin, et pas des moindres, c’est qu’il faut retenir de la D1 du REC sa modestie, sa qualité technique, la beauté physique de ses joueurs, proche du mannequinat, et l’exquisité de ses plats culinaires, de la quiche aux lardons jamais ratée de Carole au gâteau au citron jaune fluo de Thomas en passant par d’autres mets plus ou moins exotiques mais tous emplis d’amour et de savoir-faire. Oui, n’ayons pas peur de le dire, les Chevaliers du Zodiaque sont des lopettes en slip à côté de nos démarches chaloupées, le championnat est à nous messieurs-dames, à nous!

Résumé (en toute simplicité) par Benoît.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Répondez à cette question smple pour prouver que vous n\'êtes pas un robot ;) *